Histoire du Laboratoire d’Astrophysique de Toulouse-Tarbes ( ancien IRAP )

Avant 1982, le laboratoire d’astrophysique de l’Observatoire du Pic du Midi et de Toulouse, le LA 285, dirigé par Jean-Louis Leroy, compte une vingtaine de chercheurs, également répartis entre la station de Bagnères de Bigorre et l’Observatoire de Toulouse à Jolimont.

La construction de bâtiments pour l’Observatoire sur le campus universitaire de Rangueil en 1981-82 est a l’origine d’une expansion remarquable de ce laboratoire, tant dans le nombre de personnes que dans les thématiques, expansion qui se poursuite encore actuellement.

Lorsque Jean-Paul Zahn prend la direction de l’Observatoire en septembre 1981, il prend également celle du LA 285. A Toulouse, le personnel de l’ancien observatoire à Jolimont se voit renforcé de plusieurs équipes scientifiques venues d’instituts parisiens et niçois.  De nouveaux thèmes scientifiques apparaissent, le développement de récepteurs CCD, avec l’astronomie extragalactique comme champ d’application, la physique stellaire et la dynamique des fluides astrophysiques. Ce dernier thème connaîtra rapidement une eclipse avec le départ de trois de ses quatre chercheurs en quelques années.

En janvier 1988, le Laboratoire d’astrophysique est scindé en deux unités :
— L’URA 285, « Laboratoire d’Astrophysique de Toulouse », regroupant des astronomes toulousains, sur les thèmes extragalactiques et de physique stellaire. Le directeur est Bernard Fort, et le directeur-adjoint Gérard Vauclair, tous deux originaires de laboratoires parisiens. Un thème transverse se développe, la reconstruction d’images, avec la venue d’André Lannes et de son équipe.

— l’URA 1281 « Pic du Midi », qui regroupe les astronomes bagnérais et les astronomes solaires de Toulouse, ainsi que quelques chercheurs toulousains travaillant sur les étoiles carbonées ou en relation avec des activités à Bagnères ou au télescope de 2 mètres qui est alors géré par cette URA. Quelques chercheurs individuels (André Cachon, cosmicien, et Madame Verges, géophysicienne) et une astronome de Montpellier (Yvette Andrillat) sont également intégrés dans cette structure. Elle compte en moyenne 18 à 20 chercheurs et son directeur est Richard Muller.

Les deux unités sont renouvelées en janvier 1992. Le nombre de chercheurs est alors de 46, dont une forte proportion à Toulouse. Le directeur de l’URA 285 est Gérard Vauclair, secondé par André Lannes. La dynamique des fluides astrophysiques connaît un renouveau, sous l’impulsion de Michel Rieutord, recruté comme maître de conférences. Richard Muller reste directeur de l’URA 1280, avec Gérard Coupinot comme adjoint.
En janvier 1995, les deux unités fusionnent sous le label UMR 5572 et la direction de Gérard Vauclair. Cela permet une refonte des équipes scientifiques, et le renforcement de la visibilité et de l’attractivité du laboratoire.

Le directeur suivant (janvier 1999 – décembre 2000) est Michel Blanc, secondé par Claude Catala.

Michel Blanc démissionne à mi-parcours pour prendre la direction de l’Observatoire de Marseille-Provence. Il est remplacé par Alain Blanchard, cosmologiste venant de Strasbourg avec son équipe.  Sylvie Roques (de l’équipe Lannes) est directrice adjointe. Les thèmes nouveaux de cette période sont le magnétisme stellaire et solaire, la physique de l’univers primordial et les amas de galaxies.
Sylvie Roques prend la direction de l’UMR 5572 au quadriennal suivant (2003-2006), secondée par Michel Rieutord. Elle reste directrice jusqu’à la fusion du laboratoire avec le CESR au 1er janvier 2011.

Emmanuel Davoust, avec l’aide de Richard Muller et Gérard Vauclair
——
LA : laboratoire associé au CNRS
URA : unité de recherche associée au CNRS
UMR : unité mixte de recherche

 

Plus d'actualités

Non classé

Objectifs de la commission

La Commission du Patrimoine de l’OMP a pour mission la sauvegarde, l’inventaire et la valorisation du patrimoine astronomique de l’OMP, archives, instruments et plaques photographiques. Voir l’article d’Emmanuel Davoust paru dans la Lettre de l’OCIM n° 129 ,mai-juin 2010 Sauvegarde_inventaire_valorisation_patrimoine_omp

20.05.2020

Non classé

inventaire des instruments

Inventaire_simple

Non classé

Contact

Yves Meyerfeld yves.meyerfeld@aero.obs-mip.fr 05 61 33 27 31    06 80 91 51 58

Rechercher